Quand les premiers hommes erraient encore sur la terre, forcés de conduire leurs troupeaux là où s’étendaient les plus riches pâturages, un des fils de Japhet s’était endormi dans la solitude, près de ses brebis.

Or, il fit un rêve, que voici :
Il lui sembla qu’il se trouvait sur une haute montagne, d’où il apercevait au loin les tentes de sa tribu et celles de beaucoup d’autres tribus amies.

A cette vue, son cœur bondit de joie, il tendit les bras vers les tentes et éleva la voix pour appeler ses parentes et ses sœurs; mais la distance ne lui permettait ni d’entendre, ni d’être entendu.

Il s’adressa en vain aux nuages pour le transporter jusqu’à ses frères, aux oiseaux pour lui prêter leurs ailes, au vent pour transmettre ses paroles: le vent, les oiseaux et les nuages passèrent sans l’écouter.

Les yeux du pasteur se remplirent de larmes; il cria au Dieu de ses pères:

– « Etre tout puissant! Affranchis-moi de l’espace et du temps! Fais que, dans ma solitude, je puisse parler aux autres hommes, entendre ce qu’ils pensent maintenant et ce qu’ils ont pensé autrefois! »

Alors un ange descendit, et, lui remettant une tablette sur laquelle étaient tracées quelques signes, il lui dit:
« Apprends d’abord à reconnaitre ces caractères, puis à les imiter, ton souhait sera accompli. »

C’était l’alphabet que cet Etre Suprême donnait au genre humain, et avec lui les 2 arts les plus utiles à ses progrès et à son bonheur, la lecture et l’écriture!

Grâce à eux, en effet, qu’importent la solitude et l’éloignement?

-L’HOMME QUI SAIT LIRE DIALOGUE AVEC LES ABSENTS.

Il reçoit leurs confidences, il entend leurs assurances d’affection, il sait ce qu’ils font, ce qu’ils pensent, ce qu’ils désirent.

Le papier qu’il reçoit, couvert de signes qu’ils ont tracées, est pareil à ces talismans qui pouvaient, dit-on, évoquer les amis é1oignés, les montrer à nos yeux dans leurs sentiments et leurs occupations.

Sans la lecture, les absents seraient comme des morts, car on cesserait de savoir où ils sont, ce dont ils s’occupent, s’ils se souviennent encore, et si nous continuons à leur être chers.

Otez ces entretiens écrits qui ravivent la mémoire et raniment le cœur et la plupart des liens seraient rompus par l’éloignement.

«L’HOMME QUI SAIT LIRE EST EN COMMUNICATION
NON SEULEMENT AVEC SES AMIS ; MAIS AVEC TOUT L’UNIVERS! »

La terre ne finit pas pour lui à l’étroit espace que peut embrasser son regard; il participe à la vie commune; il n’y a plus d’étrangers à ses yeux, car il sait l’histoire de toutes les nations; plus de contrées inconnues, car les livres lui ont montré le monde comme dans un miroir.

« L’HOMME QUI SAIT LIRE CONVERSE MEME AVEC LES MORTS. »

Penché sur les écrits auxquels ils ont confié leurs pensées, il lui semble que les paroles des grands hommes s’élèvent des pages muettes jusqu’à son esprit.

Il reçoit les leçons de tous ces génies semés sur la route du temps comme les étoiles sur la route de notre globe; il profite de leur expérience, il ajoute leurs réflexions à ses réflexions.

Il devient le légataire universel de l’héritage de sagesse laissé par les siècles qui l’ont précédé.

« L’HOMME QUI SAIT LIRE PEUT TOUT APPRENDRE. »

L’enseignement lui arrive directement sans passer par la bouche du maître; les livres sont pour lui des écoles toujours ouvertes

« L’HOMME QUI SAIT LIRE NE CONNAIT PAS L’ENNUI »

Il a à sa disposition tout ce qui peut éveiller la curiosité, intéresser l’esprit, émouvoir l’imagination.

Veut-il voyager au loin, entendre les récits des désastres ou des triomphes de son pays, écouter les inspirations des poètes, assister aux merveilleuses découvertes des savants, suivre les aventures romanesques de quelque héro imaginaire, la lecture, comme une fête complaisante, l’emporte où il veut aller!

Souverain tout-puissant, sa cour est formée des plus grandes intelligences que la terre ait vues naître et qui, esclaves de son plaisir, se taisent où élèvent la voix selon sa fantaisie.

« ENFIN L’HOMME QUI SAIT LIRE SEMBLE MULTIPLIER
SES FACULTES ET AGRANDIR SA NATURE. »

Il est 1,000 fonctions qui ne peuvent être confiées qu’à lui seul. Il a un sens de plus que l’ignorant; il appartient, pour ainsi dire, à un rang plus élevé dans l’ordre des êtres.

Il peut développer l’utilisation de son potentiel jusqu’à atteindre les limites de ses rêves les plus fous.

Il peut connaître le succès, la fortune, le bonheur, tout ce qu’il veut atteindre devient à sa portée.

Pour tout cela, il lui suffit de LIRE un peu chaque jour, et de bien choisir ses lectures.
-o0o-

Et vous, ami lecteur, utilisez-vous pleinement le merveilleux pouvoir de lire qui vous a été donné?

Catégories : Actualités

Yrvin Lauriston

Je suis membre de l'association CJPCP ainsi qu'auteur de nombreux livres disponibles sur www.Thebookedition .- Visitez mes sites blogues : ylauriston2.blogspot.com / sdpi-zooming.blogspot.com

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *